UA-117547192-1

21/03/2018

Lettre a une enfant placée au sujet du le délai de demande d'indemnisation (31 mars)

A toi  Karoline

A toi l'enfant brisée, l'enfant placée

A toi que l'on a mise dans une "institution d'éducation de jeunes filles", à qui l'on a changé plusieurs fois de nom et de prénom.

A toi à qui l'on a reproché d'exister, que l'on a menacée, battue, humiliée et insultée.

A toi que l'on a contrainte à prier à coups de gifles

A toi qui "devais être reconnaissante " d'être nourrie et de pouvoir travailler dès ton plus jeune âge.

A toi que l'on a privée de formation , car placée et sans famille.

A toi qui te réveilles encore la nuit, le cœur battant la chamade, emplie de sueur, Les oreilles pleines de cauchemars

A Toi , murée durant des années dans le silence, avec pour compagne la honte, la colère et la solitude. Toi, seule connait la profondeur d'une souffrance indicible et invisible.

Tu estimes que les timides excuses de l’État ne suffiront à combler, ni a réparer la douleur.

Tu viens d'apprendre ce soir que le délai de dépôt pour une demande d'indemnisation est fixée au 31 mars 2018. Tu penses à tes frères et sœurs de misère qui n'ont pas vécu la même chose mais en tout cas la même souffrance.

Tu penses à ceux et à celles qui n'ont pas encore osé contacter la LAVI pour constituer le dossier par peur, honte ou manque d'information.

Formés à servir, contraints à se soumettre. Combien de vie brisées ? Combien ne savent pas qu'ils ont droit à une indemnisation ?

Je t'ai parlé de la résolution qu'a rédigée ma collègue à l’attention de l’Assemblée fédérale demandant de repousser le délai fixé au 31 mars 2018 pour déposer une demande d’indemnisation.

Tu m'as dit combien tu l'as trouvais juste avec une dernière question :

"Pourquoi la Suisse ne veut-elle pas reconnaitre la souffrance imposée par une société bien pensante"?

Je répondrais par une autre : Est-ce que mes collègues députés sauront écoutés tous ces cris étouffés ?

Je l'espère.

Au cœur de cette nuit, je te remercie d'avoir accepté que je publie cette lettre et que je la partage.

Merci pour ton courage et ta confiance

 

 

 

 

 

 

00:40 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook | | |

24/02/2016

Ce matin, j'ai entendu

Ce matin j'ai entendu un représentant d'Amnesty International France présenter  son rapport annuel 2015

Constat triste et affligeant : sous couvert de sécurité, les états restreignent les libertés individuelles de leurs citoyens, le plus souvent à leur insu. Écouter un téléphone, accéder à nos données informatiques n'a jamais été si facile.

Pourtant personne ne semble s'indigner outre mesure. Le besoin de sécurité excuse ce qui il y a peu était inattaquable.

Il est également plus facile pour nos pays de maintenir hors de nos frontières des personnes réfugiées et de détourner pudiquement les yeux des morts . Ceux-ci portent d'ailleurs de plus en plus sur eux la culpabilité de crimes dont ils sont victimes. Peut-être sont-ils considérés comme trop différents ? Oserais-je dire trop musulmans ?

Et dans notre pays, que s'y passe t'il ? Hélas, les mêmes faits.

. Refonte de la loi sur le renseignement...

- Pétitions contre l'arrivée de migrants...

- Initiative de l'UDC...

Qu'en conclure ?

Peut-être que les progrès de notre société de ces derniers deux cent ans ne sont pas si indispensables que cela ? Que notre état peut retourner à sa structure d'avant, où la citoyenneté était restreinte à quelques catégories d'habitants et où les femmes ne pouvaient pas voter.

Est-ce que je peins le diable sur les murs ? Je l'espère...regardons déjà ce que votera tout prochainement le peuple...

 

 

 

 

 

18:22 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook | | |